Futures implantations de la wild code school

Wild Code School : 10 nouvelles écoles d’ici 2017

Après La Loupe, Fontainebleau, Chartres et Orléans, la Wild Code School essaime sur 10 autres territoires à travers toute la France.

Comme l’a rappelé François Hollande lors du lancement de la Grande Ecole du Numérique le 17 septembre 2015, « cette école est grande car elle est ouverte à tous et implantée sur tout le territoire ». Dans la droite ligne de ce mouvement, la Wild Code School va ouvrir de nouvelles écoles : à Chartres et à Fontainebleau-Avon en mars 2016, à Orléans en septembre, et dans 10 autres villes de France d’ici 1 an. Nous avons identifié les bassins d’emploi de Nice, Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Rennes, Caen, Lille, Strasbourg et Lyon, et prospectons actuellement dans chaque région afin d’identifer les lieux les plus appropriés pour nos futures écoles.

Nous envisageons non pas de plus grandes écoles, mais une dizaine de mini-écoles, disséminées sur toute la France. Des promotions de 45 élèves maximum encadrés par 3 formateurs présents à plein temps et un campus manager, chargé du fonctionnement opérationnel de l’école sur le territoire. Une taille d’école qui permet aux élèves de progresser ensemble et d’avoir accès à un accompagnement personnalisé dans leur formation et leur recherche d’emploi. Les sites bénéficieront du soutien logistique, administratif et pédagogique de notre équipe centrale.

Des écoles en forme de laboratoires d’expérimentation pédagogique pour inventer la formation du 21ème siècle

Nous considérons nos écoles comme de petits laboratoires d’expérimentation pédagogique. L’objectif est de réinventer la formation sur le long terme, d’offrir une nouvelle expérience 2.0.

Nous avons développé une plateforme pédagogique en ligne, baptisée « Odyssey ». Sur celle-ci, chaque élève, dans chaque Wild Code School partout en France, a un compte et bénéficie de contenus constamment améliorés par l’équipe R&D et l’équipe pédagogique de l’école. Des activités organisées en « quêtes » (demandant par exemple de suivre des tutoriels, de lire des ressources et de faire des exercices) sont proposées aux élèves. Les formateurs, de leur côté, peuvent suivre en temps réel la progression des élèves.

« Notre volonté est de rendre accessible ce nouveau modèle de formation, plus efficace et plus agile, à des élèves motivés partout en France », déclare Anna Stépanoff, directrice de la Wild Code School. « La courbe de progression de nos élèves est incroyable. A la fin de la formation, ils sont capables de rendre des projets fonctionnels qui répondent aux besoins des clients. Les recruteurs l’ont compris et sont au rendez-vous ! ».

Des écoles implantées au plus près des besoins des territoires et des entreprises

La mission de la Wild Code School est de combler le défaut de compétences numériques qui existe actuellement en France en formant des développeurs à portée des entreprises en quête de talents. Aujourd’hui, l’écosystème FrenchTech se développe sur tous les territoires. Pour preuve, sur les 190 startups présentes au CES de Las Vegas en 2016, 38% seulement était originaires d’Ile-de-France. La Wild Code School s’inscrit dans ce dynamisme national et l’accompagne en ouvrant des écoles partout en France.

Pour chacune de ces écoles, nos équipes réalisent un formidable travail en commun avec les entreprises du territoire, pour identifier leurs besoins en compétences spécifiques, et les intégrer dans la formation. « Nous voulons atteindre 100% d’emploi à la fin de la formation. Notre objectif n’est pas de former pour former, mais bien de former pour le marché du travail », confirme Anna Stépanoff. « Nous formons nos élèves à être de bons développeurs, passionnés, curieux, autonomes, force de proposition, et nous les accompagnons également dans l’acquisition de tout un savoir-être professionnel : comment se comporter en entreprise, communiquer clairement, se fixer des objectifs, construire son réseau. C’est au moins aussi important que le savoir-faire ».

Les inscriptions sont déjà ouvertes pour La Loupe, Fontainebleau, Chartres, et Orléans.

Partager:
hannah Chaudruc

hannah Chaudruc

Laisser un commentaire