coralie

Portrait – Coralie : « Comment j’ai trouvé mon stage dans le développement web »

« J’avais le sentiment d’être un ministre appelé de tous les côtés et ne sachant plus où donner de la tête : j’ai enchaîné 16 entretiens en 10 jours », Coralie, élève à la Wild Code School, à la recherche de son stage en développement web.

Si je réinventais le langage PHP, je l’écrirai comme ceci :

$php = ’50-24-18-10-6-(4*2)-(3*3)-2-(1*2)’ ->$this(‘NumberSuite’)->getStage(OK !)

50 mails envoyés, 24 entreprises ayant vu mon profil, 18 rendez-vous, 10 tickets de métro, 6 cafés, 4 billets de trains, 4 tickets de péage, 3 chocolats chauds, 3 déjeuners, 3 inscriptions sur les sites pro, 2 pleins d’essence, 1 post sur LinkedIn et 1 thé chai latte plus tard, je peux dire que j’ai trouvé mon stage de développeur.

Pourtant, ce n’était pas gagné. Je viens de la science et du marketing. J’ai fait des études en biologie cellulaire et sciences du végétal et j’ai obtenu un mastère spécialisé en Commerce International avec une spécialité en cosmétique de l’ESC Bretagne Brest. J’ai été assistante de laboratoire au sein de différentes universités, mais le côté très théorique de ce métier ne me plaisait pas vraiment. Je cherchais quelque chose qui m’autorise plus de créativité ! En attendant de trouver ma voie, j’ai donné des cours de bio et gardé des enfants.

C’est alors que j’ai entendu parler de la Wild Code School, dans un reportage sur TF1. Le déclic ! Méthode d’apprentissage innovante, domaine porteur et ambiance chaleureuse. J’ai postulé immédiatement et suivi le processus de sélection, avec en tête : « Bingo ! C’est ce que je veux faire ! C’est fait pour moi ! ». La formation a duré 5 mois avec pour objectif à la fin : trouver ce fameux stage en développement web !

Alors pour décrocher ce stage, comment ai-je fait ? Première étape : SOIGNER SON RESEAU !

Je n’entends pas par-là d’envoyer des paniers garnis à toutes vos connaissances avec une carte « bon pour un site internet gratuit », comprenez-moi bien. Par soigner son réseau, je veux dire de tisser des liens avec des personnes dont le parcours et le poste occupé vous paraissent intéressants pour votre projet professionnel.

Envoyez vos vœux, félicitez vos contacts pour leur avancement, leur anniversaire de travail, likez leurs posts et commentez-les, renseignez-vous, recommandez leurs compétences, échangez tout simplement. Et en premier lieu, mettez à jour régulièrement votre profil Linkedin : un projet, une action de volontariat, une recommandation ; cela le rendra visible auprès de vos contacts, qui iront jeter un œil sur ce que vous devenez.

Deuxième étape : PASSER A L’ACTION ! OSER !

Je me suis inscrite sur Choose your boss, spécialisé dans la mise en relation candidat/recruteur dans les métiers de l’IT. Première bonne idée ! J’ai relevé quelques annonces et acceptée d’être mise en relation avec les entreprises. Certes, les entretiens n’ont pas abouti. Cependant, j’avais eu l’opportunité de m’entraîner au recrutement style « dév »…

Puis, j’ai osé un coup de poker : envoyer un email expliquant ma recherche à mes contacts qu’ils soient dans le web ou non. Cela a payé ! Certains m’ont répondu, faisant circuler mon CV dans leurs réseaux. D’autres m’ont donné des coordonnées. Et certains m’ont directement contactée, enthousiasmés par ma motivation.

Enfin, Breaz.io, une plateforme d’aide au recrutement de développeurs qui rend visible chaque lundi à des recruteurs une shortlist de candidats triés sur le volet. Ils m’ont demandé le lien de mon GitHub et le descriptif de mes contributions. Comme je suis développeuse junior, je n’y croyais pas vraiment. Quelle erreur !

Lorsque l’on vous dira : « On recherche beaucoup de développeurs, ne vous inquiétez pas vous trouverez ! ». Croyez-le ! Les entreprises viendront vous chercher.

Le lundi 11 janvier, mon profil était visible auprès de 600 entreprises. Le mardi midi, j’avais déjà 6 offres et 6 rendez-vous ! J’ai répondu aux sollicitations. J’avais le sentiment d’être un ministre appelé de tous les côtés et ne sachant plus où donner de la tête. Cela a été bouleversant émotionnellement car déroutant. Lorsque l’on vous dira : « On recherche beaucoup de développeurs, ne vous inquiétez pas vous trouverez ! ». Croyez-le ! Les entreprises viendront vous chercher.

Entre le 12 et le 22 janvier, j’ai enchaîné 16 rendez-vous ! J’étais sur les rotules. Vidée, lessivée, essorée à 1200 tours/minute. J’avais répondu à une centaine de questions d’entretien, j’avais été confrontée à des développeurs chevronnés, des patrons pas commodes ou speed, des équipes passionnées. Et je savais que je tenais mon stage.

Mon stage se déroulera à Chartres, au sein du Lab28. Sous le tutorat d’un développeur, je vais contribuer à la construction d’applications ayant pour but d’aider les usagers d’Eure-et-Loir dans leurs démarches sociales.

N’oubliez pas : « CROYEZ EN VOTRE PARCOURS ! CROYEZ EN CE QUE VOTRE PASSE VOUS A APPORTE ! CROYEZ EN VOTRE VALEUR ! CROYEZ EN VOTRE PERSONNALITE !»

J’ai un passé atypique, un parcours que je ne pensais pas « utile ». Au contraire ! Mon intérêt pour la société, mon empathie pour mon entourage, m’ont aidée à trouver mon stage et la voix vers laquelle je veux me tourner. Je veux contribuer au développement d’applications qui faciliteront la vie des usagers, leurs apporteront rapidement une réponse à leurs questions, leurs enlèveront une part de stress dans leur quotidien anxiogène.

Comment trouver votre stage en développement web ?

1. Utilisez votre réseau intelligemment

2. Passez la 1ère !

3. Croyez-en vous !

Coralie Sylvestre, élève à la Wild Code School, Promotion 2

Partager:
hannah Chaudruc

hannah Chaudruc

Laisser un commentaire